HiStOiReS InDiEnNeS
VOYAGE REEL et IMAGINAIRE en INDE du N.O. (été 2006) : UTTARANCHAL (UTTARAKHAND), PUNJAB, HIMACHAL PRADESH. "Voyager, c'est bien utile, ça fait travailler l'imagination". (L.F. Céline, Voyage au bout de la nuit).

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Mes amis

Rubriques

A1. PREAMBULE
A2. Les trois ITINERAIRES
B1. VIVE le FOOT !
B2. En ATTENDANT la MOUSSON
C. De la YAMUNA au GANGE
D1. MONTEE aux TEMPLES de RISHIKESH
D2. RISHIKESH, INCREDIBLE YOGA
D3. RISHIKESH ou le SERPENT de LAXMAN JHULA
E1. YAMUNOTRI, PELERINS du GUJARAT
E2. SOURCES d EAUX CHAUDES
E3. CHAR DHAM
E4. CRAZY DRIVER
E5. A la SOURCE du GANGE, GAUMUKH
F. APOLOGIE du TRAIN
G1. DECLARATION d AMOUR
G2. Aux HIMALAYENS
G3. L ALTITUDE chez les SINGES
H1. La VALLEE des FLEURS
H2. Au LAC SACRE du HEM KUND, 4329 m
I1. CHANDIGARH : le ROCK GARDEN, de NEK CHAND
I2. CHANDIGARH : ENTRETIEN avec NEK CHAND
I3. CHANDIGARH : la MAIN OUVERTE, de LE CORBUSIER
I4. NUIT de FEU
I5. CHANDIGARH : PARC, JARDINS, FLEURS
J. ENIGME au TEMPLE D'OR d'AMRITSAR
K. ANIMALERIES
L1. SIGNES D'INDIANITE
L2. POEME du TEMPS QUALIFIE
M1. VIVE le TIBET LIBRE !
M2. DHARAMSALA ou la ROUE du TEMPS
N. La MOUSSON, ca MOUILLE
O. SHRAVANABELAGOLA, L ART des JAINAS (I)
P. De passage a DELHI
Q1. A PARIS, je CAMPE
Q2. FAIRE PART de NAISSANCE ELECTRONIQUE
R. FETE de GANESH a PARIS
S1. L INDE a PARIS (sept. 2006)
S2. L INDE a PARIS (Oct. 2006).

Menu

http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://route-des-indes.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com


La MOUSSON, ça MOUILLE, et APRES ? (28.08.06).

 

 

La  MOUSSON

 

çA  MOUILLE  et  ÀpRèS  ?

 

 

 

 

 

 

Quand il pleut des heures, quand il pleut des jours, vous vous dites : c'est la mousson, ainsi va l'été en Inde.

Il faut s'y faire...

Je réponds, non ! Je ne veux pas m'y faire ! Je refuse l'acceptation de l'inévitable !

La flotte, je l'ai subie pendant les six jours passés à Dharamsala. Pas un septième !

Ce septième jour, j'arrive à Rishikesh... mais la mousson aussi...

 

 

 

En sortant d'un cybercafé, je constate qu'il pleut des cordes, des hallebardes, à verse, comme vache-qui-pisse, un vrai déluge... J'ai failli revenir me réfugier en face d'un écran d'ordinateur. Typique, non, cette facilité cybernétique ? Quand la pluie vous hérisse le poil, bienvenue dans le cyberespace ! J'avais lu deux mels, répondu à l'un. L'autre pouvait attendre...

Mieux vaut affronter l'orage. Le temps de rentrer à l'hôtel je suis trempé. J'adore les douches, celle-ci autant qu'une autre.

 

 

 

Pourquoi apprécions-nous moins les douches publiques, offertes gracieusement par l'atmosphère ?

 

Ecrivons donc sur la pluie ! C'est la vengeance d'un aquaphile. Les grondements de l'orage ne l'empêcheront pas de jouir en écrivant. De la terrasse de l'hôtel, je regarde un rideau de pluie, doublé d`un rideau de brouillard.

Ouvrons les rideaux...

 

 

À quoi bon continuer à fuir ? La vitesse des trains et des bus en Inde est si faible que la mousson finira toujours par me rattraper ! Puisqu'elle me tient, je peux la tenir comme sujet d'écriture.

Restons assis devant cette table de jardin, écrivons.

 

 

 

En Inde, j'aime de plus en plus rester béatement sous la pluie. La température étant chaude, voire tiède, la pluie sèche vite. On ne ressent pas comme dans les pays tempérés cette désagréable sensation de froid, d'humidité qui se prolonge, à moins d'un séchage vigoureux.

Et puis la mousson est vraiment bénie des dieux.

 

 

 

Comment se réfugier dans son confort d'individu, coupé des forces élémentaires ? La pluie dégouline sur nos corps, la pluie nous traverse, elle nous irrigue, nous renouvelle, balançons nos vêtements dans le ciel ! Osons prendre une douche nus, en public, comme si nos salles de bain de cosmonautes bourrés de cosmétiques étaient envoyées dans le cosmos pour un voyage sans retour !

Voyez dans les films indiens, les saris mouillés par la pluie révélant par transparence la plastique himalayenne des héroïnes. Comment un spectateur sensible pourrait-il en vouloir à la pluie ?

 

 

 

Tout le monde en rêve, mais personne ne l'ose.

Remédions à ces inhibitions et cassons les salles de bain !

Quand la pluie commence, sortie immédiate comme Dieu nous a fait, avec savon ou shampoing, pour les plus cradingues.

Prendre une douche à poil sous la pluie quel bonheur ! Si ce bonheur est partagé, tant mieux !

 

 

Le parapluie est une invention inutile. S'il pleut quatre fois dans la journée, prenons quatre douches ! Des idées d'écriture me viendront en voyant tous ces gens se réjouir sous la pluie.

Les limaces, les escargots en profitent. Les plantes s'en délectent, s'ouvrent, accueillent cette eau divine. Et nous serions les seuls êtres de la Création à faire la grimace, à ronchonner ?

 

 

La mousson ça mouille, et après ?

Profitons de douches gratuites, offertes par le Ciel pour décrasser nos épidermes poussiéreux, nos cuirs de rhinocéros, quelque peu inhibés.

Et tout en chantant sous la pluie, vous me bénirez pour cette chronique.

 

 

 

P.S : 

Comment écrire avec papier et stylo sous une averse ?

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 12:23, le 25/08/2006 dans N. La MOUSSON, ca MOUILLE
Lien